Recherche

Gucci

« Back to Glossary Index

En 1921, Guccio Gucci a ouvert dans sa ville natale de Florence, sur les bords de l’Arno, une entreprise de maroquinerie et un petit magasin de bagages légers. Si son inspiration était toute imprégnée de Londres et de l’esthétique raffinée de la noblesse anglaise qu’il avait pu admirer lorsqu’il travaillait à l’hôtel Savoy, son objectif était, en rentrant en Italie, d’allier cette sensibilité élégante à l’artisanat unique de son pays. Et plus particulièrement, au savoir-faire patrimonial des maîtres-artisans toscans.

En quelques années, la marque jouissait d’une renommée sans pareille auprès de la clientèle internationale sophistiquée en vacances à Florence, qui se pressait dans la bottega Gucci, s’extasiant devant la collection de sacs, malles, gants, chaussures et ceintures d’inspiration équestre. Au nombre des clients italiens de Guccio figuraient des cavalieri locaux, descendant d’une aristocratie folle d’art équestre. Ce sont eux qui ont donné à Gucci l’idée de l’iconique mors, symbole immuable de la maison de mode et de son esthétique toujours plus innovante.

Confronté, durant les années difficiles de la dictature fasciste, à une pénurie de matières en provenance de l’étranger, Gucci commença à expérimenter avec des matériaux insolites dans l’univers du luxe, tels que le chanvre, le lin ou le jute. Le brunissage du rotin fut l’une des innovations les plus subtiles des artisans de la maison. Cette technique fut à l’origine de l’anse du sac Bambou, dont les formes curvilignes s’inspirent des selles d’équitation. Exemple ingénieux du proverbe qui veut que nécessité soit mère d’invention, le Bambou est devenu le premier de nombreux produits emblématiques de Gucci. Péché mignon des têtes couronnées et des célébrités, le sac à l’anse brunie conserve aujourd’hui la faveur des élégantes.

Au cours des années 50, c’est une fois de plus dans l’univers équestre que Gucci puisa son inspiration, avec la rayure vert-rouge-vert qui provient directement du contre-sanglon traditionnel. Le nouveau motif devint un succès instantané. Il est aujourd‘hui indissociable de la marque. L’ouverture de boutiques à Milan et New York donna à Gucci une présence internationale et une stature de symbole du luxe contemporain.

Au décès de Guccio Gucci, en 1953, ses fils Aldo, Vasco, Ugo et Rodolfo reprirent l’entreprise.

Les produits Gucci furent très vite renommés pour leurs lignes intemporelles, et chéris des stars de la grande époque d’Hollywood et de Cinecittà, mais aussi de la Jet Set naissante qui posait sur les passerelles de ces avions à réaction qui l’emportaient vers des destinations exotiques aux 4 coins de la planète. Jackie Kennedy portait à l’épaule le modèle Gucci aujourd’hui connu sous le nom de Jackie O. Liz Taylor, Peter Sellers ou Samuel Beckett arboraient le Hobo Bag, non structuré et unisexe. Le mocassin classique de Gucci, orné du mors emblématique entra dans la collection permanente du Costume Institute du Metropolitan Museum of Art de New York. En créant pour la Princesse de Monaco la désormais fameuse écharpe en soie imprimée Flora, Gucci répondait à une demande personnelle de Grace Kelly.

C’est au milieu des années 60 que Gucci adopta son légendaire logo en double G, créant ainsi un nouvel insigne visuel du chic siglé Gucci.

Gucci poursuivit son expansion dans le monde, avec l’ouverture de boutiques à Londres, Palm Beach, Paris et Beverly Hills.

Fidèle aux aspirations originales d’Aldo, Gucci poursuivit son expansion planétaire et tourna son regard vers l’Extrême Orient. Des boutiques fleurirent à Tokyo et Hong Kong. La société développa ses premières collections de prêt-à-porter comportant des chemises en imprimé GG ou des manteaux boutonnés gansés de fourrure GG.

La marque devint célèbre pour son mélange unique d’audace innovante et de qualité artisanale italienne légendaire. Les icônes Gucci furent réinventées et déclinées en de multiples formes et couleurs, du simple daim marqué au fer du logo GG, aux matières les plus luxueuses utilisées, par exemple, pour réaliser des manteaux en crocodile fin avec des boucles de ceinture en argent en forme de tête de serpent.

En 1977, le magasin phare de Gucci à Beverly Hills fut agrémenté d’une Galerie Gucci privée, où les VIP riches et célèbres comme Rita Hayworth ou Michael Caine pouvaient choisir parmi les sacs à 10 000 dollars avec chaîne détachable en or constellée diamants ou les jetés de lit en renard argenté.

1981 vit le tout premier défilé Gucci, dans la ville qui avait vu naître la marque.

L’année suivante Gucci devint une société à responsabilité limité, et la direction passa au fils de Rodolfo, Maurizio Gucci, qui détenait 50 pour cent des actions de la société. En 1987, Investcorp, société d’investissement de droit de Bahreïn, commença à acquérir une participation dans Gucci, avant de soumettre une offre, au début des années 90, pour la totalité du capital.

Ce sont celles de la relance de la marque. L’éclat de sa renommée internationale, fondée sur un mélange unique et harmonieux de tradition et d’innovation ne cesse de croître. En 1994, Tom Ford devient Directeur de la création de Gucci. Il insuffle à la marque de luxe un sens de l’audace et de la provocation qui trouve un écho immédiat dans le monde du glamour et de la mode. Talons aiguille et robes en jersey décolleté soie ornées de détails métalliques deviennent du jour au lendemain des emblèmes de la vision séduisante et prestigieuse unique de Ford.

En 1995, Domenico De Sole devient PDG et Gucci fait une entrée remarquée sur les marchés financiers. Le Groupe est désigné par l’European Business Press Federation «société européenne de l’année 1998» pour sa performance économique et financière, sa vision stratégique et la qualité de sa gestion. En 1999, Gucci noue une alliance stratégique avec Pinault-Printemps-Redoute et, de société mono-marque, se transforme en groupe de luxe multimarques.

Le succès mondial de Gucci est extraordinaire et la Maison est considérée comme la marque de luxe la plus désirable de la planète (Nielsen, 2007). Explorant son patrimoine et son artisanat sans équivalent, la Maison a créé une vision exclusive, mêlant tradition et modernité qui a connu un succès commercial et critique. Durant cette dernière décennie, les icônes de la Maison telles que l’imprimé Flora, le sac Jackie et le sac Bamboo ont été réinterprétées et redécouvertes par un nouveau public plus jeune.

Gucci continue de concentrer ses efforts sur le renforcement des valeurs qui ont permis de construire sa réputation tant enviable, basée sur presque 90 ans d’histoire: exclusivité, qualité, «made in Italy», artisanat italien, et dominance dans le monde de la mode. La distinguant de ses concurrents, Gucci à l’avantage de pouvoir revendiquer une dualité unique dans le positionnement de sa marque, alliant modernité et héritage, innovation et artisanat, mise en avant des tendances et sophistication.

Au début de cette décennie, la Maison florentine a lancé deux projets importants unis par une philosophie commune de respect et d’attention envers les autres, deux valeurs qui font partie de l’ADN Gucci et de celle de ses employés depuis la création de la société: un programme mondial environnemental pour réduire son impact sur l’environnement et le lancement de la première collection enfants Gucci, ce qui intensifie d’avantage la réputation de la marque pour la qualité et la pertinence, étant exclusivement «made in Italy».

Source : site officielGUCCI

« Back to Glossary Index